https://bilannutrition.fr : Tout connaître

Plus d’informations à propos de https://bilannutrition.fr

Les substrats énergétiques ( glucose et acide graisse ) permettent de produire l’énergie nécessaire à la contraction musculaire : un effort faible mais de longue durée engendrera plutôt une consommation d’acide graisse, tandis qu’un effort intense de courte durée provoquera plutôt une consommation de glucose. Cependant, ce phénomène varie en fonction du nique de la personne, des prédispositions génétiques, du métabolisme ou encore de l’état de santé. les femmes, par exemple, ont plus colossale grasse sous-cutanée ( moins mobilisable pendant l’effort ), cette dernière servant de réserve en cas de grossesse. A contrario, elles ont moins industrielle du corps que les gentlemens. En effet, les gentlemens sont constitués de 50 à 65% industrielle du corps contre 45 à plus de la moitié pour les femmes. À partir du moment où vous cherchez l’assise ailleurs qu’en vous-même, vous faites fausse route. En effet, ce ne sont pas les spécialistes ayant mis au point des régimes assez restrictifs qui savent ce qu’il vous faut le mieux, mais bien vous ! Car c’est VOTRE corps qui parle à travers VOS sensations alimentaires. Alors, vous vous devez de le respecter. Chaque organisme s’efforce en effet de « continuer dans son être », comme le disait Spinoza.

Qui dit régime dit restrictions alimentaires ! Et qui dit restrictions, dit frustrations…et compulsions. pour faire simple, vouloir contrôler frénétiquement son alimentation pour maigrir est loin d’être une solution pour perdre du poids. Les régimes restrictifs sont dangereux et exposent quelques problème technique, cela entraîne au long cours des troubles du comportement alimentaire. Les personnes en surpoids qui suivent la période de regime dastique ne se fient ni à leurs sensations alimentaires, ni à leurs besoins nutritionnels, ni au bonheur de manger. Leurs pensées tournent de façon obsessionnelle autour de la nourriture ( que dois-je manger ? Qu’est-ce qui m’est interdit ? ), de leur poids ( combien de poids ai-je déjà perdu ? Combien dois-je en perdre encore ? ), de leur silhouette ( je ne rentre toujours pas dans cette robe que je suis fan de tant ! ). Résultat ? Il arrive un moment où elles perdent le contrôle et se dirigent tout droit vers des compulsions alimentaires, accompagnées la plupart le timing de culpabilité et de dégoût d’elles-mêmes. Et in fine, elles regrossissent. Se mettre au jeûne pour perdre du poids n’est pas une solution durable pour perdre des kilos. Parce que lorsque l’on jeûne, on perd non seulement de la masse grasse, mais également de la masse maigre et donc…du ! Le métabolisme de base ( les besoins énergétiques du corps ) prend fin. Et dès que l’on stoppe le jeûne, la faim réapparaît brutalement, le corps a besoin de reconstituer ses réserves et forcément…les kg reviennent ! Et le pire c’est que la masse maigre perdue ne se reconstitue pas.

Les mots véhiculent un imaginaire. Sartre disait qu’« ils boivent notre pensée avant que nous ayons le temps de la ». De prime abord, la différence entre « perdre des kilos » et « perdre du poids » ne saute pas aux yeux. Il s’agit avant tout de se délester de kg indésirables. C’est après introspection que s’impose la nuance et que se dessinent deux voies, chacune implanté sur une création spécifique de notre rapport au corps et à l’alimentation. En schématisant, on peut dire que la philosophie du « maigrir » est sous-tendue par l’idée d’un « corps objet » que l’on doit contrôler. il faut le contraindre à perdre son inutile en vue d’obtenir un objectif représentant un idéal. C’est l’option « régimes », dont l’inefficacité et les risques sont aujourd’hui prouvés. Tout autre est la philosophie du « maigrir », qui appréhende le corps comme non séparé de notre être et qui prend la prise en compte de notre singularité. En résumé, perdre des kilos marche sur la contrainte, mais maigrir tend vers d’une harmonie entre notre image, notre éprouvé et notre relation à la nourriture. C’est sure cette voie que Psychologies a sélectionnée il y a des années, et qu’il apparaît important de défendre à nouveau au moment où le culte du corps parfait fait des dégats, en à propos de santé et d’estime de soi.

Limitez le sucre. Ceci concerne les sucreries, gâteaux, pâtisseries, sodas, jus de fruits ( même light ) et tous les autres produits de douceurs sucrées artisanales. Pensez donc à tester les emballages des produits que vous achetez ! Si vous aimez les jus de fruits, optez pour des frais riches en fibres et pour remplacer les boissons sucrées, tournez-vous vers l’eau. Oubliez les produits renfermant des sucres cachés. Ceci concerne les sauces ( ketchup, vinaigrette déjà prête, sauce pour pâtes… ) et d’autres yaourts comme ceux à boire. Là aussi, pensez à évaluer le listing des éléments pour vérifier le sucre présent à l’intérieur. Limitez les glucides et remplacez-les par des protéines et matières grasses bien portante. Consommez des fibres. Ces dernières sont présentes dans les fruits, légumes, graines, fruits à coque… En plus d’être bonnes pour le transit intestinal, les fibres apportent également une sensation de satiété rapide. Résultat : vous mangez moins. pour profiter de leurs intérêts, mangez-en à tous les repas ( préparez-vous une salade avec quelques fruits à coque, par exemple ).

Peut-on perdre des kg en une semaine ? Oui, c’est possible. Le corps peut perdre entre 2 à 5 kg en une semaine ! Mais cela n’est pas toujours de la masse grasse : ton corps perd principalement en eau durant les premiers jours. Les plans minceur qui te promettent une élimination des graisses en une période très courte peuvent certes donner des résultats de transformation de votre silhouette mais après pas mal de temps, ton corps stockera d’autant plus et tu prendras plus de poids que tu n’en avais perdu. C’est ce que nous appelons l’effet yo-yo. Comment l’éviter ? Tout simplement en te donnant assez de temps pour atteindre ton objectif régime et en changeant ton alimentation pour avoir la période de regime alimentaire sain au long terme. Pour perdre du poids, il faut premièrement que tu sois en insuffisance calorique. Cela veut dire que ton apport calorique journalier ( ce que tu manges le jour même ) se doit d’être inférieur à ta dépense énergétique journalière ( ce que ton corps dépense en énergie le jour même ).

Texte de référence à propos de https://bilannutrition.fr